La marathon d'Abu Dhabi ...

C'était un pari un peu fou que de s'aligner sur la ligne de départ du marathon d'Abu Dhabi. Un petit défi faisable mais avec quelques inconnues surtout trois semaines après celui de la GulfBank et après avoir enchainé beaucoup de séances. C'était aussi l'occasion de quitter le Koweït le temps d'un week-end et d'en profiter pour visiter le Louvre. Et puis, une course en compagnie de mon acolyte Manu est toujours un plaisir. 

 

 

 

Lever à 3h, présent sur la ligne de départ à 6h, pour courir dans les rues désertes et le bord de mer d'Abu Dhabi pendant plus de 3h40. Il faut être fou. Mais le plaisir ressenti n'a aucune mesure pas même la souffrance que tu vas endurer. 

 

 

 

Le démarrage fut doux. Tu l'as promis à ton alter-ego. Il faut éviter les crampes et le mur.

Il fait encore nuit. L'ambiance est bonne, excitante. Manu n'est pas loin, juste derrière moi. Les premiers kilomètres me permettent de trouver un rythme auquel je ne suis pas habitué. Je cours plus lentement que d'habitude. Je ne cours pas en musique aussi. J'ai décidé d'écouter des podcasts... En ballade avec Frederic Taddei. Ainsi, l'absence de musique te permettra de garder un rythme souple. 

Les premiers ravitos arrivent. Les kilomètres défilent et le soleil se lève. 

La cadence est bonne. Les paysages de bord de mer sont agréables. Tu te sens bien. Et tu vas bien te sentir jusqu'aux 38e où par prudence, tu décides de marcher un peu pour prendre des électrolytes. Tu recommenceras à marcher au 40e. Tu veux finir frais et peu importe le chrono. 

 

Le dernier kilomètre est superbe. Alors que tu n'avais pas ressenti d'émotions à Kuwait, ici, les larmes du finisher montent. Tu es encouragé par quelques spectateurs qui crient ton nom (marqué sur le dossard). 

Enfin la ligne d'arrivée ... Tu souris, tu serres les poings, tu te sens tellement bien. Tu viens de finir ton second marathon. A peine la médaille récupérée, tu ne penses qu'à rentrer à l'hôtel (encore 3K à pieds). Tu attends toutefois Manu. Tu ne l'as plus croisé après le 15e ou 16e K. Au bout de 40mn, tu décides de rentrer. Manu terminera la course en plus de 5h. Tu le retrouveras à l'hôtel le midi pour un lunch mérité. 

 

Ce fut une course magnifique. L'organisation était exceptionnelle. Les ravitos parfaits et le parcours, malgré une boucle, pas du tout monotone. Une bonne expérience à partager. 

La marathon d'Abu Dhabi ...
La marathon d'Abu Dhabi ...
La marathon d'Abu Dhabi ...
La marathon d'Abu Dhabi ...
La marathon d'Abu Dhabi ...
La marathon d'Abu Dhabi ...
La marathon d'Abu Dhabi ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
F.L -  Hébergé par Overblog