J'avais juste deux heures à perdre ...

Le renouvellement de mon permis de conduire est un parcours (cette année) semé d'embuches. L'an dernier, ce ne fut qu'une formalité comme les années précédentes. Or, depuis bien trop longtemps, je passe mes heures de "pause" au lycée à aller à Jabriya au centre de renouvellement. Mais ce matin, le périple fut différent. Pour une question administrative (sur mon permis de travail -document indispensable à l'obtention du permis - il est indiqué "professeur d'HG alors que l'an dernier, il était indiqué professeur), j'ai du rencontrer l'un des responsables du "Traffic Department", seul habilité à débloquer cette situation. 

Me voilà donc parti avec mon fidèle démarcheur dans le fin fond de Koweït city, sous les échangeurs autoroutiers. Du traffic jam comme jamais, pas de place pour parquer la voiture ... bref, une odyssée. 

La rencontre avec le "responsable" n'aura duré que 7 minutes. Charmant et avenant, il a échangé quelques mots en arabe avec mon colosse de démarcheur puis m'a demandé combien de temps il lui faudrait pour apprendre le français. Trois agrafes plus tard, la question était réglée. 

 

Le retour fut tout aussi long....

Prochaine étape .. retour à Jabriya pour enfin obtenir ce putain de permis renouvelé. Bien sûr, on recommencera l'année prochaine. 

J'avais juste deux heures à perdre ...J'avais juste deux heures à perdre ...
J'avais juste deux heures à perdre ...
J'avais juste deux heures à perdre ...J'avais juste deux heures à perdre ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
F.L -  Hébergé par Overblog